Apple par

Apple fait les yeux doux à l’Afrique

La firme à la pomme n’est pas connue pour son mauvais sens des affaires, et cette dernière a bien compris l’importance d’un positionnement stratégique sur le continent africain le plus tôt possible. 

L’Afrique, qui devrait voir sa population doubler pour atteindre 2,5 milliards d’habitants en 2050, connaît une très forte croissance dans le secteur des nouvelles technologies.

apple - Apple fait les yeux doux à l’Afrique

Une multitude de services pour 25 nouveaux pays

En faisant son apparition dans 25 nouveaux pays, Apple poursuit son ascension en Afrique. Par ailleurs, 8 d’entre eux vont avoir droit à 5 services différents de la part du géant américain. 

En effet, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Libye, le Maroc, la RDC, le Rwanda et la Zambie verront l’apparition de l’App Store, Apple Arcade, Apple Music, Apple Podcasts et iCloud sur leurs sols respectifs.

La guerre du streaming musical

Si Apple s’en sort aux forceps en Afrique, c’est aussi pour la marque une façon de s’affirmer, notamment sur son service de streaming musical Apple Music. En effet, son plus grand concurrent, Spotify, est aujourd’hui présent dans 79 pays, là où Apple atteint les 167 pays. 

De plus, la majeure partie des utilisateurs de l’iPhone font appel aux services d’Apple, et non pas à des services tiers, ce qui va véritablement étendre l’hégémonie d’Apple dans le monde.

Le pouvoir d’achat au centre des préoccupations

S’il est attendu de l’Afrique une hausse du niveau de vie, cette dernière est encore très sporadique. Apple a cependant tenu à clarifier sa position et à rassurer les utilisateurs en modulant ses prix en fonction du pouvoir d’achat. 

Aux États-Unis, Apple propose un essai gratuit de trois mois et facture ensuite 9,99 dollars américains par mois aux utilisateurs individuels.

Sur les nouveaux marchés, Apple proposera une période d’essai de six mois, par exemple en Côte d’Ivoire. Les prix seront également revus à la baisse pour atteindre la somme de 4.99 dollars américains dans certains pays.

Une aubaine pour les développeurs

L’Afrique, très réputée pour ses profils techniques, notamment en informatique, voit donc cette expansion d’Apple d’un très bon œil. 

En effet, l’ouverture de l’Apple Store au plus grand nombre risque de provoquer une véritable révolution dans le monde des applications locales et de bénéficier par extension à l’économie du continent. 

Au Nigéria, par exemple, les développeurs auront accès aux outils compatibles avec l’iOS, ce qui va donc rebattre les cartes du secteur informatique.

Un environnement d’essai idéal pour les services iCloud d’Apple

La plateforme de cloud streaming d’Apple pourrait grandement bénéficier à la population africaine.

En effet, le hardware étant encore assez cher pour une grande partie de la population, c’est une alternative très crédible pour les gamers africains qui pourront accéder à tous les derniers jeux à moindre coût et avec des machines moins puissantes.

Au-delà du gaming, c’est tout le secteur du digital qui va s’en voir impacter. En effet, l’accès aux services d’Apple va encore renforcer la connectivité des différents hubs africains. 

Dans le domaine du sport, par exemple, toute l’industrie, qui est très appréciée spécialement au Maghreb, va se transformer notamment pour l’achat de tickets, l’actualité des clubs ou les paris sportifs.

Ceci va permettre à l’Afrique de développer énormément son économie du sport, qui a récemment déjà bénéficié de l’apparition de plateformes telles que arabianbetting.com, qui permettent aux parieurs de comparer les différents sites de paris et de choisir l’option qui les convainc le plus.

Un futur prometteur

Si cette année 2020 donne donc le départ d’une nouvelle ère pour Apple en Afrique, il est certain que le continent attise les convoitises de ses concurrents. Véritable eldorado pour les investisseurs, qu’ils soient occidentaux ou asiatiques, tous les yeux sont rivés sur l’Afrique.

Partage(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *