Opérateurs par

Bouygues Telecom espionne-t-il ses abonnés avec des pixels espions ?

Bouygues Telecom espionne-t-il ses abonnés ? C’est la question qui se pose après la plainte d’eWatchers, qui accuse l’opérateur d’espionner des clients avec des pixels espions dans les e-mails. Les courriels ciblés sont ceux informant les utilisateurs que leur forfait évolue, qu’une facture est disponible, etc. « Si certains de ces pixels espions, utilisés uniquement en interne par Bouygues Telecom, peuvent être considérés comme grandement irrespectueux de la vie privée, d’autres, sous-traités à des sociétés spécialisées dans la publicité ciblée, collectent des données personnelles sur les internautes »indique l’association eWatchers.

Bouygues Telecom espionne-t-il ses abonnés avec des pixels espions ?

Dédommagement demandé

L’histoire semble folle, mais des pixels pourraient effectivement espionner les utilisateurs. Un pixel appartiendrait à Google Analytics, et un autre pixel à Weborama, une société spécialisée dans la collecte de données marketing et la diffusion de campagnes publicitaires en ligne. L’opérateur n’aurait en sus pas activé une option permettant d’anonymiser les adresses IP collectées par Google Analytics, tout comme il n’aurait pas désactivé l’option permettant de ne pas utiliser les données collectées à des fins de publicité ciblée. Concernant Weborama, Bouygues Telecom transmettrait l’adresse e-mail de l’abonné à la société de marketing. Comme le note eWatchers, les entreprises doivent informer les internautes de leurs pratiques. Ce que ne fait pas Bouygues Telecom.

Une plainte a ainsi été déposée auprès de la CNIL pour demander que Bouygues Telecom retire ces pixels espions, informe ses abonnés sur cette collecte de données sans consentement, supprime les données obtenus et fait en sorte que les sociétés aussi les suppriment. « Enfin, nous demandons que Bouygues Telecom dédommage ses abonnés, car l’opérateur a permis à des sociétés tierces de les profiler et d’en tirer profit en leur proposant des publicités ciblées », conclut l’association.

Partage(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *