Opérateurs par

5G : “la France a pris un peu de retard”, selon le PDG d’Orange

La 5G arrivera en grande pompes d’ici la fin de l’année en France, puisque l’Arcep a annoncé mardi que les enchères des fréquences pour les opérateurs débuteront le 29 septembre prochain. Pour autant, le PDG d’Orange Stéphane Richard affirme que la France a pris du retard dans le développement de cette nouvelle connexion, par rapport aux autres pays.

« La France a pris un peu de retard, puisqu’il y a déjà plusieurs grands pays européens ayant attribué leurs fréquences qui ont lancé le déploiement du réseau et même déjà les offres. Le premier pays dans lequel on a lancé la 5G c’est la Roumanie, il y a un an déjà », explique le PDG d’Orange à l’AFP. « Il n’y a rien de dramatique mais je pense qu’il était vraiment temps de le faire. C’est la raison pour laquelle on a milité pour le maintien du calendrier. Je pense que cela aurait été préjudiciable qu’on les reporte encore », a-t-il ajouté. Bouygues Telecom avait demandé un rapport à 2021.

stephane richard orange - 5G : "la France a pris un peu de retard", selon le PDG d'Orange

Les premiers forfaits 5G seront-ils disponibles avant la fin de 2020 ? Stéphane Richard le pense. « Lancer une offre 5G, avec une gamme de terminaux suffisante et un minimum de couverture du pays, c’est faisable avant la fin de l’année », explique le PDG d’Orange. « Évidemment, si l’on avait lancé (les enchères) six mois plus tôt, la couverture serait plus importante », a-t-il ajouté.

Enfin, concernant la “dangerosité” de la 5G : « le débat est plus fort en France que partout ailleurs en Europe ».  « Rien ne vient étayer la thèse selon laquelle la 5G poserait un problème pour la santé », indique-t-il. Pour en savoir plus, il faudra attendre le rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), prévu pour le début de 2021.

Partage(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *