Autres sujets par

Cette technologie complexe peut révéler d’où proviennent les fuites de méthane

Au fil des années, les scientifiques et les chercheurs se sont concentrés sur la lutte contre le réchauffement de la planète, en s’intéressant plus particulièrement au dioxyde de carbone.

Cette technologie complexe peut révéler d'où proviennent les fuites de méthane

Cependant, le méthane est passé inaperçu pendant des années. Ce gaz inodore et incolore est environ 80 fois plus puissant que le CO2 au cours des deux premières décennies suivant son rejet dans l’atmosphère, et ces dernières années, il est devenu la priorité de tous les pays en matière de climat.

Le méthane est responsable d’environ 15 % du total des émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine, le secteur de l’énergie produisant environ un tiers de ces émissions.

La lutte contre les fuites de méthane est devenue une priorité climatique majeure. Malheureusement, ces fuites sont extrêmement difficiles à détecter.

Les sociétés de production de pétrole et de gaz pompent d’énormes quantités de méthane comme sous-produit de la recherche de gaz naturel. Pourtant, la moindre fissure ou le moindre raccord de tuyauterie desserré peut envoyer le gaz dans l’atmosphère.

Comme le méthane est inodore et incolore, les fuites de méthane peuvent passer inaperçues pendant des mois.

La bonne nouvelle, c’est que les dispositifs de détection ont fait de grands progrès depuis des années. Ils sont utilisés dans l’espace, sur terre et dans les airs pour assurer la détection des fuites de méthane.

Gérer le stress qui accompagne les discussions importantes, notamment celles qui portent sur le changement climatique, peut être difficile, mais vous n’avez pas à le faire seul. Pour obtenir des informations sur la santé mentale et la famille (types d’éducation, comment parler aux enfants de sujets difficiles, etc.), consultez BetterHelp, une ressource gratuite qui peut vous aider.

Espace

Les satellites détectent de grands panaches de méthane depuis des années. Cependant, jusqu’en 2017, les images n’étaient rien de plus qu’une tache étalée sur une large zone.

Le précurseur Sentinel-5 a permis d’obtenir des images plus précises qui ont aidé à identifier les grosses fuites. L’ESA distribue également ses données gratuitement, favorisant une constellation de startups qui analysent les résultats.

Toutefois, les capacités actuelles des satellites présentent des lacunes, notamment dans des situations telles que la présence de nuages ou la présence d’installations en mer.

Néanmoins, d’autres avancées sont en cours, avec la promesse d’une granularité toujours plus grande.

Air

Les agences gouvernementales et les chercheurs indépendants utilisent des avions et des drones pour scruter les fuites avec une plus grande précision que les satellites.

Ces moyens sont utilisés pour augmenter la fréquence des enquêtes qui, autrement, nécessiteraient un temps considérable pour être inspectées manuellement.

Cependant, la surveillance aérienne ne peut pas être effectuée en continu, ce qui laisse de la place aux fuites entre les survols.

Terre

Les dispositifs sur site peuvent être très utiles pour repérer les plus petites fuites, jusqu’à une seule vanne défectueuse ou une minuscule perforation de la canalisation.

Comme les entreprises mènent ces enquêtes à titre privé, les données peuvent rester confidentielles. Certains groupes de défense de l’environnement ont également utilisé des appareils portatifs pour analyser les sites pétroliers et gaziers, mais leur capacité à surveiller ces endroits est limitée par leur accès aux propriétés privées.

Des changements significatifs à venir ?

Récemment, des scientifiques du laboratoire national de Los Alamos ont mis au point une nouvelle technologie qui pourrait réduire les émissions de méthane jusqu’à 90 %.

Financée par l’ARPA-E (Advanced Research Projects Agency-Energy) du ministère américain de l’énergie, l’équipe a conçu des codes d’apprentissage automatique qui analysent la direction et la vitesse des courants de vent pour remonter les fuites de méthane jusqu’à leur source.

Le petit capteur de méthane est développé par la startup californienne Aeris Technologies, Inc. Les algorithmes des scientifiques peuvent être utilisés pour analyser les données provenant de presque tous les capteurs de gaz et de vent, y compris, potentiellement, les capteurs fixés aux voitures ou aux drones.

Les entreprises pétrolières et gazières ne vérifient souvent les fuites de méthane dans une zone donnée de leurs installations qu’une fois tous les quelques mois. Elles circulent simplement avec des capteurs infrarouges qui rendent le méthane visible à l’œil humain. Cependant, cette méthode n’est pas très viable.

Le principal avantage du logiciel développé par Dubey et son équipe est son coût. En théorie, ils pensent que les coûts sont suffisamment bas pour permettre une adoption généralisée par l’industrie.

L’équipe appelle sa technologie “Autonomous, Low-cost, Fast Leak Detection System” (ALFaLDS). Cette technologie sera en mesure de révéler l’origine des fuites de méthane de manière efficace et évolutive, ce qui pourrait constituer une solution possible au réchauffement de la planète et aux plans climatiques des pays du monde.

Partage(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *