Apple

Apple : les actionnaires inquiets face à l’avenir de la firme

Partage(s)

Apple n’est pas à un paradoxe près. Alors que la firme annonce un résultat net historique de plus de 8 milliards de dollars pour un trimestre, les analystes font la fine bouche et les actionnaires sont déçus. Le titre a donc perdu 6% la nuit dernière. Simple bouderie d’enfants gâtés par des bénéfices toujours plus gros ? Pas exactement.

Les analystes s’attendaient, selon le consensus, à un chiffre d’affaires trimestriel de 37,18 milliards de dollars. Les 35 milliards affichés par le géant californien les déçoit donc. « La question que tout le monde se pose ici, résume l’analyste Harry Munster, est de savoir quand Apple aura touché son plafond. » Car alors, ce sera le début de la chute. Une chute toute relative pour la première capitalisation mondiale…

« Les résultats sont un peu décevants, reconnait un analsyte de Barclays Capital mais le cycle de l’iPhone 5 est devant nous », comptant sur ses fortes ventes pour relancer le groupe en octobre-décembre. Même optimisme chez James Cordwell d’Atlantic Equities, pour qui Apple reste une valeur sûre.

L’inquiétante baisse des ventes de l’iPhone

La très relative faiblesse des résultats tient en un mot : iPhone. Au trimestre précédent, il représentait 54% du chiffre d’affaires. Aujourd’hui, ce n’est plus que 46%. et il s’en est vendu 9 millions de moins qu’en début d’année ce qui a entrainé une baisse de 6 milliards de dollars du chiffre d’affaires. Pendant ce temps, les ventes de smartphone de Samsung, elles, ont cartonné. Le groupe coréen affirme avoir vendu 10 millions d’exemplaires du Galaxy 3 après deux mois de commercialisation seulement. En outre, sur les trois premiers mois de 2012, Samsung a livré 43 millions de téléphones à ses détaillants contre 35 millions pour Apple, selon une étude d’ABI Research du mois de juin.

Derrière cette bataille de chiffres, se cache une inquiétude. Apple est-il encore à la pointe de l’innovation ? Son grand rival Samsung tente de prouver le contraire avec des produits qui ne sont pas seulement des « me too », mais se veulent résolument innovants comme le Galaxy Note, à la fois téléphone, mini tablette et bloc-notes, ou le Galaxy S3 qui incorpore des fonctions inconnues chez Apple. Résultat, c’est la première fois qu’Apple est menacé sur le terrain de l’avance technologique. Si bien qu’il pourrait cesser d’être le numéro 1 du marché.

La croissance des ventes de l’iPad reste impressionnante

Même si l’iPhone représente près de la moitié de son chiffre d’affaires, le modèle économique d’Apple ne se résume pas à la vente de téléphones ou de tablettes. Apple a aussi lancé iTunes et l’Apple Store qui lui permet de commercialiser du contenu pour iPod, iPhone, iPad et pour Apple TV. Si le chiffre d’affaires reste modeste (2 milliards de dollars ce trimestre, soit 6% du revenu global), la rentabilité est phénoménale. Elle serait supérieure à 70%… Mais, là encore, après de longues années sans aucune concurrence, Apple store est confronté à la montée en puissance de Google avec son « play store ».

En revanche, rien à craindre pour l’instant du côté de l’iPad qui continue de caracoler en tête des ventes, loin devant ses concurrents. « En Amérique latine, se vantait Tim Cook, PDG d’Apple, les ventes d’iPad ont connu une croissance qui frise le choquant ». Apple reste malgré tout la première capitalisation mondiale. En avril dernier, Brian White de Topeka Capital Markets, estimait même qu’Apple serait la première entreprise dont la capitalisation dépasserait le billion (1.000 milliards) de dollars !

Partage(s)
Noter cet article

📱 L'application World Is Small est disponible ! Télécharger WIS (gratuit) 📱

Rechercher
Suivez-nous